jeudi 18 janvier 2018

Aven Saint Marcel, Ardèche - 4 Janvier 2018

Heure d'entrée sous terre : 11h00
Heure de sortie : 22h00
TPST : 11 heures
Déroulé : 4km (8km aller-retour!!)
Profondeur : +/- 60 mètres

Participants : Alex, Denwal, Katia, Perrine, Sonia

NB: Cavité à accès réglementé. Réservation obligatoire.


Rentrer dans le Saint Marcel, c'est un peu comme pénétrer dans un château... Grande grille en fer qui s'ouvre devant une immense allée souterraine, où il convient de marcher vouté, comme un signe de respect par rapport à la majesté du lieu. 
Puis un couloir immense, que dis-je un couloir, un tunnel, une autoroute... une péninsule !! Ah pardon, je m’égare ;)
 
Dans un premier temps on déambule à travers la partie aménagée pour les visites touristiques, avec son lot de marches, rampes, échelles, éclairages... S'ensuit le secteur scientifique doté de quelques dispositifs et divers capteurs.

Conformément au reportage "C'est pas sorcier" visionné la veille (très bien d'ailleurs! n'hésitez pas à demander la référence à Alex) on peut repérer les coupes gouges indiquant le sens de circulation de l'eau durant la crise de salinité messinienne correspondant aux assèchements successifs de la mer Méditerranée il y a 5 à 6 millions d'années, ce qui a permis d'établir l'ordre de formation des différents réseaux.

Et puis on marche, on marche, on marche encore... Bref, de la randonnée sous terre. C'est bien simple, on a déroulé 8 km aller retour!!

Au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans les différentes galeries, nos pas sont récompensés par les trésors concrétionnaires et la flore minérale qui foisonnent sous nos yeux ébahis! Étant donné la longueur du parcours, ce jour là, je conclus le marché suivant avec mes stratèges d'acolytes: on marche sans s'arrêter jusqu'au bout, et on fait les photos sur le retour. J'accepte cette proposition honnête et sensée qui en sus me permet de gérer l'utilisation de la batterie de l'appareil photo, et de mitrailler aux meilleurs endroits :)

Vous n'en serez sans doute pas surpris, techniquement rien de bien spécial, à part.... le Toboggan !! qui à l'inverse de ce que son nom pouvait laisser supposer n'a rien de ludique... et qui - Oh tragédie, mystère cauchemardesque inexpliqué - glisse en montée mais pas en descente ?!?! 

A l'aller il s'agit de remonter le Toboggan. Perrine me talonne sur la même corde. Je passe la  corde à tribord de ma cuisse droite: Avec la tension créée par ma l'aguerrie spéléo qui me suis de prés, ça me vrille, me décolle le crawl et me plaque le bassin à la paroi. Alors je tente la position "corde entre les jambe"  mais je suis courte sur pattes et je me retrouve à cheval sur la corde qui redessine ma séparation naturelle... ce qui est d'un inconfort sur lequel je vous passe les détails ici !
- Perrine: "Ça va Sonia?"
- Sonia: "Bah tu vois, si je pouvais choisir un super pouvoir à cet instant, je prendrais la télé-transportation !!
 
Nous arrivons tout de même au bout de ce long calvaire, qu'il faudra fatalement franchir à nouveau, dans l'autre sens, soit en descente - "heureusement"  pensons-nous naïvement - ce qui devrait nous permettre une revanche facile sur cet obstacle... Que nenni !! La corde épaisse, vieille et pleine d'argile ne glisse pas du tout... J'aurais du faire un zéro! Je me retrouve à faire peser tout mon poids ainsi que celui du kit au fond du baudrier, à pousser sur la corde pour la faire ravaler tant bien que mal par le descendeur et pratiquement à devoir rebondir sur place pour pouvoir descendre de quelques malheureux centimètres... 
 
En résumé extrêmement long et fastidieux à monter; encore pire à descendre. 
 
Il convient de rajouter que malgré un dénivelé net relativement faible, l'enchainement quasi permanent de mounta-cala à fait exploser le dénivelé cumulé et nous en a mis plein les guiboles. Sur les deux dernières heures, j'avoue avoir mal aux orteils dans mes chaussure trop rigides. Mais ça m'est égal, je suis heureuse, j'ai plein de photos dans la boîte :) 
 
Assez râlé! Si on devait ne retenir qu'une chose: une magnifique sortie dont j'ai échantillonné quelques sublimes souvenirs dans le diaporama de 3min.40sec. ci-joint.

Bon visionnage!

mercredi 17 janvier 2018

Aven de Saint Marcel - 4 Janvier - Trailer...

Ladies and Gentlemen!

En avant-première pour vous ce soir, voici la bande-annonce du deuxième et dernier volet de notre expédition ardéchoise, pour vous émoustiller :


Qu'avons nous découvert le 4 Janvier 2018 dernière cette grille... au bout de cette corde... telle est la question brûlante qui vous taraudera et vous empêchera de dormir cette nuit. Le suspens est à son comble...!

La réponse en diaporama bientôt sur vos écrans.

A suivre...

samedi 13 janvier 2018

L'Aven de Noël: comment bien commencer l'année en Ardèche

Date : 3 Janvier 2018
Heure d'entrée : 10h30
Heure de sortie : 19h30
TPST : 9h
Profondeur: -150 mètres
Participants: Alex, Denwal, Katia, Sonia

NB: A visiter en hivers, car la présence de CO2 est fréquente.

Voici un bref résumé de la première excursion de notre séjour en Ardèche, dans l'Aven de Noël, cavité à accès règlementé, grand classique de la région, vous comprendrez pourquoi en découvrant les photos, dans le diaporama de 5 minutes ci-dessous pour lequel j'ai retenu pas moins de 90 photos...

Pour préserver un tel bijou, l'autorisation doit être demandée au préalable en communiquant les No de licences pour pouvoir y pénétrer. Pour l’anecdote, pas de pipi dans la cavité, "tout" doit être remonté.
Notre séjour fut grandement facilité grâce à Katia, que nous remercions encore chaleureusement, qui nous a permis d'être logés gratuitement à proximité des grottes; et bien sûr Alex et sa casquette de G.O. qui lui va si bien!


En quelques mots:

Sur la magnifique route qui traverse la campagne ardéchoise, entre Bourg Saint Andéol et Bidon, nous sommes escortés à l'abord de la ferme du Mazet par deux beaux chiens jusqu’à l'entrée du trou. A noter que l'équipement en s'amarrant à l'arbre (et non directement à l'échelle) nous force à rajuster la première corde, mais rien de grave.

Ordre de passage: Denwal pour équiper, suivi d'Alex pour les derniers réglages, viennent ensuite Sonia (et l'appareil photo) puis Katia qui ferme la marche!

Topologiquement parlant, c'est d'emblée un étroit P31 suivi d'une petite main courante et d'un ressaut de quelques mètres qui donnent accès à l'immense et vertigineux puits en entonnoir de 90m qui garanti de belles sensations !!
Pour ma part je garde un excitant souvenir de ce P90, mon plus profond puits à ce jour; aussi bien à la descente, en apesanteur dans le vide, en fil d’araignée pour le dernier tiers; qu'à la remontée, coupée en 3 par 2 fractios, que j'effectue en 50 minutes avec pour la première fois un kit en ceinture (mi-kit... pardon) sans doute un record de lenteur!

Ensuite c'est la galerie principale (d'un développement approximatif de 650m, diamètre moyen supérieur à 10 m et certains plafonds à plus de 30m) à partir de laquelle s'articulent plusieurs autres galeries, toutes aussi spacieuses et magnifiques les unes que les autres.

De grands volumes (salles, galeries, cheminées...)
De superbes concrétions multicolores (oui, j'étais sobre!!) à n'en plus finir s'enchaînent sans temps mort du micro au macro (piliers, fleurs de gypse, excentriques, fistuleuses, cierges, gours secs...)
Au sol, gravier, galets, sable, aiguilles et argile (un peu quand même...) rappelant les coraux, algues et éponges des fonds sous-marins.
Au plafond, des cratères, des éclairs, des étoiles rappelant la voute céleste.
Oui, je suis toujours sobre...!!

Il y avait même un cimetière de chauves-souris et un squelette de chauve-souris fossilisé (cf. dernière photo du diaporama).
On ne sait pas où donner de la tête ! (ni de l'appareil photo)
Le tout que l'on peut parcourir quasiment toujours debout, ce qui permet de garder ses forces intactes pour la remontée du P90.

A la sortie, le P90 créant un échelonnement de fait, une petite heure sépare la première (moi) des derniers (qui déséquipent) mais il fait bon et la voiture est à proximité. Je profite de ce moment pour livrer mes premières impressions à chaud, concernant cette sortie qui me laisse un souvenir impérissable, dans une interview de 40 secondes rapportée ci-dessous:


Épilogue: De retour à l'appart' et une fois douchée, j'ai mis mes dernières énergies dans la préparation d'un bon plat de lasagnes maison qui j'espère aura ravi tous les convives... car les Spéléos, ça mange !!

Sonia M

Topo de l'aven de Noël

Fiche d'équipement de l'aven Noël :

Source : arspan.fr

mercredi 10 janvier 2018

Aven du Sans Pascal - pour clore l'année en beauté !

Aven du Sans Pascal - pour clore l'année en beauté !
30 Décembre 2017


Participants: Alex, Denwal, Katia, Sonia


Départ Magnan : 9h30
Heure d'entrée : 11h30

Premier binôme - Denwal, Sonia
Heure de Sortie : 22h30
TPST : 11 heures
Profondeur : - 200 mètre

Deuxième binôme - Alex, Katia
Heure de sortie : 23h30

TPST : 12 heures
Profondeur : - 283 mètres





Il faut dire qu'aller au Sans Pascal est une sortie mythique quand on est un "Magnan".
Cette cavité, découverte par Renaud à l'époque, et comme son nom l'indique, sans Pascal (demander aux anciens pour l'histoire avec un grand H) a donné beaucoup de fil à retordre aux explorateurs pendant des années avant d'avoir accès à l'ensemble du réseau dans les conditions actuelles.
C'est une cavité très intéressante sur le plan technique, qui rassemble l'ensemble des configurations qu'un spéléo se doit de connaitre pour progresser en toutes circonstances (puits, méandres, vire, pendules...) et surtout beaucoup, beaucoup d'argile... ce qui donne parfois l'impression d'évoluer dans un pot de Nutella
C'est donc en cette fin d'année, après avoir fait mes armes sur finalement assez peu de cavités, ayant été initiée en Juillet, et fraichement licenciée, que je me lance à l’assaut du Sans Pascal!



Pour annoncer la couleur, la marche d'approche de 20-30 minutes sur un sentier en lacets raides met tout le monde d'accord et donne bien chaud.

Durant la première partie de l'explo, on enchaine une série de puits (dont le puits Yahoo) atteignant jusqu’à 30 mètres et de vires assez ardues pour la néophyte que je suis (dont le Cliffhanger, dont la corde fut changée dès l'aller). On arrive ensuite au lac, en réalité une belle grosse flaque ambitieusement baptisée ainsi, qui se trouve à -130 mètres, et on poursuit jusqu'au Camp, situé lui a -200 mètres, encore équipé de quelques casseroles, de matériel de désob. et de brosses bien utiles pour nettoyer ses bloqueurs pleins d'argile dans une petite retenue d'eau naturelle. C'est là que nous prenons notre repas, après déjà plus de 4 heures de progression.

Il est environ 16h quand le quatuor se scinde après avoir repris des forces: Alex emmène Katia, avide de découvertes, plus loin. Alors que Denwal et moi choisissons d'entamer la remontée.

Alex et Katia descendent le puits du Chameau pour aller explorer la partie aval et rejoignent finalement la rivière qu'ils longent sur une centaine de mètres avant de faire demi-tour, après la salle du Crétacé située à -290 mètres, pour remonter vers le Camp où ils nettoient leur matériel comme bon se doit. Leur excursion supplémentaire aura duré 2 heures environ.


A ce même moment Denwal et moi nous trouvons à environ un tiers de notre remontée. Denwal à récupéré la corde usée du Cliffhanger au passage, et nous continuons notre ascension tranquillement en reprenant un peu de carburant sous forme d'une barre de céréales, avant de grimper le puits de 30 mètres.
Plus tard au sortir du puits du saucisson, je lève les yeux et j’aperçois des étoiles en haut du dernier puits de 9 mètres... bientôt la sortie! Denwal récupère les sacs de vêtements secs en bas du premier puits et sors vers 22h30 avec pas moins de 6 sacs au bout de sa ceinture.



En attendant le deuxième binôme, on se change et on rassemble quelques brindilles pour faire un feu. Finalement, à peine une grosse heure plus tard, le deuxième binôme nous rejoint sous la voute étoilée d'un ciel parfaitement dégagé. En totale opposition avec le Calernaum, il fait bon et il n'y a pas de vent.

Je suis certaine que vous connaissez tous la prochaine étape...? La marche retour!! mais ça passe quand même mieux en descente qu'en montée

Ci-dessous la vidéo avant/après, sans hélas d'image sous terre car vous l'aviez compris, nous n'avions pas d'appareil photo... Il faudra donc que vous alliez voir de vos propre yeux ! (et jambes et bras...!!)




Sonia M

Gourdon en contre-bas
La fine équipe
Monsieur le guide
Entrée de la cavité
On s'équipe
Un sourire qui en dit long !

La gadou, la gadou...
Même pas fatiguée ;)



lundi 8 janvier 2018

Aven du San pascal

Date : 17/12/2017
Aven du Sans pascal
Participants : Pierre-André, Cyril ( gs magnan) Antoine et Paul 
TPST : 10h

Vidéo réalisée par Cyril :


dimanche 7 janvier 2018

Aven du Calernaum (suite et fin)

Concernant la sortie au Calernaüm du 10 Décembre, et pour faire suite à la vidéo postée le 21 Décembre, voici comme promis pour ceux qui n'ont pas accès à la page Facebook du Groupe Spéléo Magnan, quelques photos...
 On s'équipe et on part à la recherche de l'entrée

 White is white...

 Paré !

 On est quand même bien accompagné

 Sur la route qui mène au trou

 A ce moment là, on a encore le choix de renoncer

 Et voilà l'entrée

 Portrait: Thomas, qui a fraichement rejoint les spéléo section jeunes, très prometteur, et déjà "surclassé" effectue avec brio et bonne humeur sa première "vraie" sortie.

 La preuve qu'il fait meilleur à l'intérieur!

 Ca sera peut-être très utile a la sortie. Et c'est aussi un bon repère d'enneigement.

 Portrait: Katia, qui fait sa première saison avec les spéléo Magnan, enchaine avec bravoure et sourire des sorties dans des conditions plutôt rudes.

 Point chaud
 Au chaud sous la couverture de survie

 Bougie Artisanale

 Puits Pi (30 mètres)

 Connaissez-vous la légende du fantôme du Cavernaüm?

 Direction le centre de la terre, un trou humide et chaud

Et maintenant le plus difficile: la marche retour!